Connaître les cercles vicieux de la dépression pour sortir de la dépression

Posté le 2 novembre 2020
sortir de la dépression

Tous dépressifs ne rêvent que d’une chose : sortir de la dépression. Pour cela, les grands stratèges de ce monde donnent une seule leçon pour gagner un combat : connaitre son ennemie. Pour réussir à sortir de la dépression, il n’y a pas que juste la prise d’antidépresseurs et attendre que ça passe. (Pour rappel les antidépresseurs ne sont que des béquilles pour aider à se canaliser pour sortir de la dépression.). Il faut se battre contre la maladie en étant acteur de sa guérison. 

De ce fait, il est donc important de connaître les différents cercles vicieux dans lesquelles la dépression nous enferme. Les connaître illustrera les points sur lesquelles il est nécessaire de travailler et comment se débarrasser de cette fichue maladie.

Personnellement, ce sont sur ces trois points que j’ai essentiellement travaillés pour réussir à sortir de ma dépression. Ils ont été pour certains points des révélations et m’ont donné courage pour tenir sur la durée en étant actrice de ma guérison. C’est pour ces raisons que je vous les propose dans cet article.

Sortir de la fatigue à l’isolation

dépression cercle vicieux

Le cercle infernal de l’isolation s’installe très rapidement chez le dépressif. Sans un bruit ce processus fatigue le dépressif, lui retire tout plaisir et l’isole des autres.

Comment se passe ce processus ?

La fatigue est l’un des premiers symptômes à apparaître chez le dépressif. L’une des ruses de la dépression est de faire croire au dépressif qu’il a vraiment besoin de se reposer.  

Personne ne peut dire que c’est illogique car quand une personne est fatiguée, elle se repose. Sauf que la fatigue du dépressif n’est pas uniquement le résultat d’une activité intense qui oblige la personne à faire un break. En effet la fatigue est dite pathologique, elle est créée elle-même par le dépressif dû à sa maladie. De ce fait, quand un dépressif ressentira de la fatigue, il ira naturellement se reposer au lieu de faire une activité.

Cette fatigue le mènera à l’apathie, le manque de plaisir dans les activités, une autre caractéristique de la dépression. Puisque les activités ne sont plus un plaisir alors pourquoi en faire et en plus avec d’autres ?

Voici comment l’isolation et le manque de plaisir se mettent en place.

Comment casser ce processus ?

Si en tant que dépressif vous êtes fatigué mais que vous n’avez rien fait de la journée, vous aurez à la fin un gout amer qui sera la conséquence du « je n’ai rien fait de ma journée ». Cela augmente son manque d’estime de soi et de confiance en soi.

Pour casser ce processus, il faut comprendre cette fatigue. Pourquoi êtes-vous fatigués ? Parce que vous avez travaillé toute la journée ? Parce que vous avez fait trop de choses ? Parce que vous avez fait du sport ? Ou parce que vous n’avez rien fait de la journée ? Ou parce que vous ne devriez pas normalement ne pas être aussi fatigué ?

Si vous votre fatigue correspond aux deux derniers points, je vous invite à faire des activités qui vous font plaisir comme un peu de marche autour de chez soi, jouer avec des enfants, faire du sport, faire une activité plaisante.

Bien sûr, il faudra se faire violence au début. C’est pourquoi je vous invite à écouter l’épisode n° 11 du podcast sur l’activation comportementale.

Ainsi vous pourrez casser au fur et à mesure ce processus et sortir de la dépression.

Article lié : Brise l’envie de rien faire avec l’activation comportementale.

L’irritabilité et l’agressivité

La dépression n’a pas uniquement comme symptôme la tristesse. Il se peut donc qu’un dépressif soit souvent en colère, irritable et agressif.

Pour être honnête, c’est souvent à cause de ces symptômes que les proches sont souvent persuadés que leur proche n’est pas en dépression. Sauf qu’il s’agit bien d’un des symptômes reconnus par le monde médical et souvent très présent chez les jeunes ados et les hommes.

Rien de plus déroutant de voir une femme qui devrait pleurer sans arrêt, s’énerver sans raison et dire qu’elle est en dépression… Pourtant c’est une réalité.

Comment fonctionne ce processus ?

Le dépressif a des réactions différentes par rapport au stress et aux pressions qui l’entoure. Il est important de se rappeler que tous les jours le dépressif est fatigué et le sommeil est souvent dès le début de la dépression perturbé par les angoisses, les variations d’humeur, les idées noires

En fait le dépressif est tout simplement à bout, il manque de discernement, de contrôle et de sang-froid.

Pour ajouter un peu à notre cocktail les émotions du dépressif sont complètement en roue libre et entravent le chemin de la rationalité.

Comment casser ce processus ?

La première chose à faire est d’avoir une thérapie. Les angoisses, les variations d’humeur, les peurs, les idées suicidaire sont normales quand on est en dépression, mais se doivent d’être suivi par un thérapeute. Je vais insister quand je vais dire que ce n’est pas négociable. Aucune autre personne qu’un médecin (médecin traitant, psychiatre) sera capable de vous donner un traitement pour vous aider à gérer votre dépression grâce à des médicaments.

De plus une thérapie avec tout autre praticien (psychologue, psychomotricien…) aura aussi la possibilité de mettre un mot sur vos angoisses et vos peurs.

Ce cercle ne peut pas se casser tout seul alors pour sortir de la dépression un suivi thérapeutique n’est pas optionnel.

 

Article lié : Qui consulter pour sa dépression ? 

La victime, le sauveur et le persécuteur

dépression sortir

Connaissez-vous ce cercle ? Il est très connu en dehors de la dépression. Je l’ai beaucoup présenté aux proches de dépressif mais vous aussi

dépressif vous vous devez de connaître ce cercle car il vous implique sans le vouloir dans des conflits inutiles. Le connaitre vous aidera à sortir de la dépression.

Comment fonctionne ce processus ?

Sans s’en rendre compte le dépressif aura tendance à se mettre en victime. Je tiens à expliquer ce terme très péjoratif de nos jours. Le terme victime signifie la personne qui souffre et non une personne qui n’est pas capable de se sauver elle-même… Le dépressif est indécis dû à la dépression et les proches s’investissent d’une mission d’aider leur proche car ils le voient en danger.

Comment ? En proposant des solutions et en prenant des fois des décisions dépassants les limites définies avant la dépression.

A ce moment, le dépressif se sent pris de ses libertés de choix et des conflits se produisent. Les proches en mode sauveurs deviennent des persécuteurs.

Pourquoi ce processus est dans cet article ? Car les relations avec les proches sont très difficiles pour un dépressif à un moment ou à un autre. Sans s’en rendre compte les proches ajoutent des poids à votre dépression. Comprendre leurs fonctionnements basés sur l’amour vous aidera à éviter des querelles qui ont aussi leur rôle dans votre humeur dépressive.

 

Comment casser ce processus ?

La communication est le meilleur moyen d’éviter les mésententes. Les dépressifs doivent accepter qu’à cause de la dépression, ils aient du mal à prendre des décisions et qu’à cause de cela les proches ont l’opportunité de les prendre à leur place.

Pour éviter tout conflit, rappelez à vos proches que vous devrez tôt ou tard vous responsabiliser à nouveau. Prendre des décisions à votre place ne fonctionnera que jusqu’au moment où vous ne serez plus sur la même longueur d’onde.

Donnez des missions à vos proches comme être une aide positive, ou vous aider sur un point dont vous savez que vous avez besoin d’eux. Cela demande de se poser et de réfléchir sur la situation mais aura pour conséquence de vous réapprendre à reprendre des décisions et à vous aider à sortir de la dépression.

Article lié : Comment être une personne positive pour mon proche en dépression ?


Pour conclure, ces cercles sont clairs et précis. De ce fait, vous pouvez travailler dessus en vous fixant des objectifs seul, avec votre thérapeute ou avec vos proches.

La dépression est compréhensible alors donnez-vous le de travailler sur ces points en étant acteur de votre dépression. Oui vous pouvez sortir de la dépression !!

 

 

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Laisser un commentaire