Que faire si un proche dépressif refuse de se soigner ?

Posté le 12 juin 2020
dépressif refuse de soigner

Cet article est le résumé de l’épisode 10 du Podcast 

« Raconte-moi ta dépression ».

L’une des plus grandes difficultés de l’entourage de dépressif, est lorsque ce dernier refuse de se soigner.

Personne ne peut prendre cette décision à sa place. Pourquoi ? Parce qu’accepter de suivre une thérapie est le premier pas à faire pour entrer dans la voie de la guérison. Malheureusement, certains dépressifs  ne sont pas cette avis. Il y a tant de préjugés et de dépressif refusant de se soigner en clamant sur le net la souffrance des effets secondaires des antidépresseur, ou la nullité des psychiatres ( machine à médicament) . Par conséquent, cette décision affecte énormément les proche comme vous si vous êtes dans ce cas, car vous en subissez  les conséquences.

Il n’y a rien de pire que de voir son proche s’enfoncer dans l’inactivité, la mélancolie, la tristesse et la fatalité. En effet, n’est-ce pas déchirant de se sentir complètement impuissant et agaçant que de se prendre les dommages collatéraux ?

 

Avec ce podcast et cet article, je vous invite à réfléchir et à préparer une conversation pour aider votre proche qui refuse de se soigner. Dans un premier temps nous mettrons en évidence les choses à faire et à ne pas faire. Dans un second temps, nous verrons comment vous pouvez vous protéger cette décision.

La réalité de la dépression

Quand un proche refuse de se soigner, on se prend une flèche en plein cœur. Il est très compliqué de décrire ce sentiment, car cette décision illustre pour beaucoup un manque de maturité, un manque de volonté ou de la fainéantise. Or la raison de ce comportement est tout autre. En effet, il s’agit tout simplement de la dépression. Cette dernière sait très bien comment engluer un dépressif dans la peur et dans la fatalité.

A l’annonce du diagnostique par un médecin ou en réalisant qu’il a les symptômes un dépressif peut très vite rentrer dans une phase de déni et refuser d’accepter d’être en dépression. Devant ce refus, il y a un paramètre qui lui ne change pas, votre proche est en dépression et cela se voit de plus en plus dans ses actions et dans ses paroles.

Toutes ces choses sont difficiles car vous car vous vivez les dommages collatéraux. L’ambiance à la maison est maussade, voir triste. De plus, vous pouvez subir des comportements inexplicables du style : refus de dormir avec son conjoint, de s’occuper des enfants, d’aller travailler, de faire les activités du quotidien etc… En clair, le dépressif devient incapable de gérer sa vie de tous les jours et vous en souffrez. Personne ne se doit de minimiser ce que vous ressentez au quotidien.

Bien sur face à tous cela, il est évident que le dépressif a besoin de se faire soigner.  Puisqu’il refuse, vous ne pouvez pas emmener votre proche contre son gré chez un thérapeute. Cette situation est possible uniquement si votre proche est un danger pour les vies d’autrui et la sienne ( tentative de suicide).  De plus le dépressif doit être acteur de sa guérison pour que la thérapie fonctionne.

Quelle attitude à ne pas avoir face à un dépressif qui refuse de soigner ?

Face à ce comportement, il est naturel d’être agacer et en colère face à l’attitude de son proche. Mais la colère peut nous rendre le frein numéro 1 de notre proche. Beaucoup de personne font des ultimatums, des « punitions » ou rabâchent  sans arrêt le même discours…

Un petit conseil les amis, ne faites pas ce genre de chose. Je ne sais pas si vous le savez, mais souvent quand un dépressif refuse de se soigner, il existe une petite visse impactant l’engrenage. Pour aider votre proche en dépression, il faut trouver la visse, la raison de se refuse catégorique.

De ce fait, pourquoi ne pas essayer d’avoir une conversation constructive avec votre proche ?

 

Comment avoir une conversation constructive

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez préparer la conversation  en amont.Votre but est de savoir ce qui empêche votre proche à prendre soin de lui.

Vous seul pouvez décider des conditions. Mais essayez de suivre les étapes suivantes :

Le lieu et les conditions

    • Choisir un moment propice à la conversation
    • Eviter les jeunes enfants dans la pièce
    • Qui sera présent ?

Quoi dire

    • Rappelez à votre proche que vous l’aimez
    • Exprimez vos peurs et évitez des phrases injonctives « Tu dois te faire soigner » par des phrases bien plus douce :
      • « Je suis inquiet pour toi quand tu dis que tu es malheureux, je crois que tu devrais prendre soin de toi et aller voir un médecin »
      •  « Je ne peux pas comprendre exactement ta douleur, mais je t’offre mon soutien. Qu’est-ce qui t’empêche de consulter ? « 

Essayez de comprendre la raison du refus

    • Peur des qu’en-dira-t-on
    • Peur de ne pas guérir
    • Pas assez d’argent pour payer un psychologue
    • Peur des antidépresseurs et des effets secondaires
    • Pas envie de raconter son enfance
    • Peur d’être qualifié de fou
    • Autres peurs liées à son histoire
    • J’ai déjà consulté et ça s’est très mal passé.

Face à ses raisons essayer de proposer des solutions simples

    • Nous ne sommes pas obligés de dire à la terre entière que tu es malade
    • La dépression est une maladie qui se guérie aujourd’hui
    • Nous pouvons aller voir le médecin traitant et voir un psychiatre : c’est rembourser par la sécurité sociale
    • Les AD ne sont pas obligatoires et ne sont pas permanent. Ils ne sont que des béquilles pour aider à la psychothérapie
    • Parler de ses traumas d’enfance, n’est pas obligatoire, on n’est pas obligé de d’en parler
    • La dépression n’est pas de la folie mais une maladie
    • Le thérapeute a fait des études pour s’occuper de ce genre de problème, pourquoi ne pas essayer avec le médecin de famille.
    • Malheureusement les psys sont des êtres humains et tous ne sont pas parfait, pourquoi ne pas essayer avec un autre. Quand on n’aime pas une boulangerie, on en change.

A la fin de la conversation, laissez le temps à votre proche de réfléchir à ce que vous venez de dire. Il est inutile de le presser comme un citron.

Pour accompagner votre proche, vous pouvez lui donner ce guide. C’est un guide pour aider les dépressifs à gérer les débuts de leurs dépressions. Vous y trouverez des conseils

Prendre soin de vous

Vivre avec un dépressif, s’occuper d’un dépressif demande beaucoup d’énergie et d’implication.  Je vous invite à prendre du temps pour vous et pour les membres de la maisonnée. Ayez une oreille attentive pour vous et prenez le temps de vous offrir des moments rien que pour vous pour souffler.

Vous ne délaisserez pas votre foyer en prenant le temps de souffler face à toutes ces tensions.

Puis-je imposer à mon proche d’aller voir un psy ?

Dans la réalité, vous ne pouvez pas imposer à un proche d’aller voir un psy. Par contre si votre proche est en danger pour sa vie et celle d’autrui ( Idée suicidaire ou délire )  vous pouvez appeler le 15 ou SOS psychiatrie.

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

dépressif refuse de soigner
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Laisser un commentaire