Guérir de la dépression : comment la patience aide

Posté le 19 février 2020
guérir dépression

Pendant très longtemps, je n’ai pas aimé ce mot : PATIENCE. Quand j’étais au plus profond de ma dépression, mon entourage me répétait sans cesse : « sois patiente » ou « tu vas guérir bientôt tout ira mieux » … (Bla, bla, bla)

Quand on est au fond de son lit, incapable d’aller travailler, ou bien quand on pleure sans arrêt, l’impression que personne ne comprend,  envie de rien, quand on sent un vide au fond de soi… La patience n’avait pas vraiment sa place dans mon existence.

Pourtant, après des mois de recul, je ne peux plus envoyer balader la patience. Cette qualité m’a tout simplement aidé à me fixer sur ma guérison, à voir l’après dépression et en finalité à vaincre la maladie.

La dépression se guérit.  Il existe plusieurs paramètres à mettre en place pour guérir ou comme moi, trouver un équilibre. En effet, je ne suis plus en dépression mais je vis désormais avec un trouble de l’humeur.  Du coup, j’ai décidé de parler de la patience et comment elle m’a aidé à passer au-dessus de la dépression.

 

Pour commencer, qu’est-ce que la patience ? De plus comment peut-elle être un atout majeur pour guérir de la dépression ?

Qu’est-ce que la patience ? 

 La définition de la patience

Patience définition :  Aptitude à ne pas s’énerver des difficultés, à supporter les défaillances, les erreurs…

 Je dois supporter mon état, ne pas m’énerver… Mais ce n’est pas ma faute si je dois vivre ce que je vie. Je n’ai pas envie d’être résigner à ça ! 

Patience définition : Qualité de celui ou celle qui sait attendre calmement, qui supporte les choses avec sang-froid

Ah… Je préfère cette définition

Patience définition : Aptitude à persévérer dans une tâche longue.

Suite à ces définitions, la patience dont un dépressif doit faire faire preuve n’est pas de la résignation. Il s’agit de la capacité à persévérer face à la maladie.

Dans la définition, il est question de persistance et même d’endurance. En effet, les médecins sont d’accord pour dire qu’une dépression se soigne (à partir de la mise en place du suivi médical) sur minimum 6 mois. Bien sûr, certains cas sont bien plus longs ou d’autres  plus court. Pour ma part, j’ai mis presque 2 ans à guérir sans compter le long laps de temps en amont de souffrance émotionnelle. 

De ce fait, la dépression peut être comparée à un combat, un combat à arme inégale.  Dans l’instant T, la seul chose que l’on voit c’est le grand mur en face de nous. Alors qu’en prenant un peu de recul, il ne s’agit que d’un panneau publicitaire et il est tout à fait possible de contourner. 

 

Les falaises érodées par la mer et par le temps

Une lueur d’espoir se point quand même à l’horizon

Avez-vous déjà vu les jolies falaises d’Etretat ?  J’adore ma Normandie. Chaque été, nous allions près de la mer plus pour se balader que pour se baigner… Voir ces belles falaises mettait en évidence la force de l’eau.

Comment donc la mer a-t-elle put réussir à faire de si jolies falaises à Etretat ? Ne répondez pas en millier d’années, s’il vous plait ! Avec du temps la mer à creuser ces belles falaises et continue encore aujourd’hui.

Le point pour nous ? Avec le temps, nous pouvons guérir tout simplement de la dépression.

Guérir demande du temps

 Même si chaque dépression est unique, elle a les mêmes codes et les mêmes similitudes.

Pour ma part, comme expliquer plus haut, j’ai mis 2 ans à guérir de ma dépression.  Suite à ma dépression, j’ai  eu « un trouble de l’humeur ». Par contre, je vais beaucoup mieux en gros mais je reste fragile. Je peux aller travailler tous les jours, rire, m’occuper de mon blog et faire un tas de choses sympas.

Arriver à ce point m’a demandé beaucoup d’efforts. Mais j’ai réussi à grâce à une petite astuce toute simple.

Pour guérir, il faut cultiver la patience, car guérir de la dépression demande du temps. Et souvent on perd très vite patience sur le long terme. C’est pour ces raisons qu’il faut faire les points suivants…

Laissez le temps au temps

Être occupé aide à patienter pour sa guérison

Cultiver la patience, implique d’avoir des actions. Quand on attend le bus ou quand on est salle d’attente, pour patienter, nous nous occupons. Il faut donc faire de même avec la dépression.

Avoir un suivi médical

Dans un premier temps, occupons-nous de la maladie. Comment ? En ayant un suivi médical et en tenant compte des prescriptions du thérapeute.  Les thérapeutes sont les premiers lignes de défense face à la dépression.  De plus, pour guérir, un suivi psychologique est bien plus que recommandé.

Pour ma part, j’ai attendu presque deux ans avant d’aller voir un médecin pour ma dépression. C’est long, voire même trop long. J’en paye les conséquences aujourd’hui même si je vais beaucoup mieux. Je vous invite vraiment à aller voir soit votre médecin traitant, soit un psychologue, soit un psychiatre.

Si vous n’avez pas d’atome crochu avec votre thérapeute, vous avez le droit de changer de praticien…

Pour ma part, mon premier psychiatre n’a pas été très avenant avec moi. Comme je n’avais vraiment pas envie de servir de cobaye, je suis allée en voir un autre et ça se passe très bien jusqu’aujourd’hui.

Sur les groupes Facebook, j’ai vu beaucoup de personne ayant des difficultés avec leurs thérapeutes. Si vous ne trouvez pas la bonne personne, je me répète il faut changer !

Il vaut mieux attendre (la patience la revoilà) de trouver le bon (attendre un rdv également) que d’attendre que son état s’empire pour aller en voir un autre. Je vous assure que ce n’est pas la bonne façon de patienter.   

La prise ou non de médicament est un choix personnel avec son thérapeute. Cependant le suivi thérapeutique est long. Nombreux sont ceux qui arrêtent en cours de route. Il est donc important de suivre tout traitement jusqu’à en « prenant son mal en patience » (petit jeu de mots en prime )

Être actif permet de pas voir le temps passé. 

Dans un second temps, il faut être actif.  Comment donc être actif quand on est dans l’incapacité de faire quoi que ce soit ? Tout simplement en faisant des choses en fonction de notre état de santé. 

Par exemple, si vous êtes chez vous depuis un moment (en arrêt ou autres), pourquoi ne pas avoir une activité manuelle pour faire passer le temps ?

Même si nous sommes au fond du trou, il y a quand même des moments de la journée où nous pouvons faire quelque chose. Si ce n’est pas possible pendant cette journée-là, ce possible sera dans celle d’après. Quand arrive ce moment, il vaut mieux faire une activité pour laquelle vous y prenez du plaisir. Ainsi quand vous le ferez régulièrement, votre cerveau associera l’activité à un moment agréable. Tout ce processus entre dans le schéma de guérison.

Pour ma part, j’ai ouvert un blog pendant mes longs mois d’arrêt maladie. J’ai rouvert une ancienne passion qui ne me quitte plus depuis.  Je vous assure qu’à partir du moment où je me suis plongé dans le blogging, mon état de santé s’est amélioré.

J’ai pu relever mon estime de soi en voyant ce que j’étais capable de faire. Nous sommes dépressifs et non impotents. Se focaliser sur une activité a été pour moi un très bon antidépresseur.  

activité dépression
Faire du jardinage est excellent pour le moral

Quoi faire ?

Il y a tant de chose à faire. C’est le moment de vous faire du bien. Par exemple, j’ai rencontré beaucoup de blogueurs ayant ouvert leur blog après un burn out ou une dépression. 

Que pouvez-vous faire ?

      • Être actif dans une association
      • Du dessin
      • De la danse
      • Du chant
      • Avoir un blog
      • Faire de la couture
      • Du jardinage
      • De la marche
      • Pratiquer un sport
      • Faire de la poterie

 Dans tous les cas, avec la patience, vous parviendrez à gérer vos émotions et à vous retrouver. Vous n’êtes pas les seuls à avoir vécu ces moments. Je vous invite à faire un tour sur les articles témoignages. Vous y trouverez du réconfort, et vous verrez que d’autres ont réussi gérer à leur dépression.  Un autre moyen de recevoir du courage est via la newsletter. Chaque lundi matin recevez un email motivant avec la citation positive du jour, des encouragements  et le conseil du jour pour passer une bonne  semaine .

En conclusion, la dépression à nos yeux de dépressif est comme un immense rocher. Il est imposant et presque indestructible. Mais si vous voulez, vous pouvez demander aux roches d’Etretat comment est-ce qu’elles gèrent le fait d’être complètement érodées par la mer…Même si nous pensons ne pas avoir de la valeur, nous en avons et nous ressemblons aux vagues de la mer. Avec temps et patience, nous serons capables d’éroder tout grand rocher devant nous et donc de guérir de la dépression.

S’il vous plait, ne pensez pas l’inverse.  A mon sens la dépression est bien plus virulente que l’effet de l’érosion. Afin que cet exemple puisse marcher et vous motivez, mettez-le dans le sens que nous sommes dépressifs la mer.

Si tu te bats avec la dépression tu es un exemple. C’est pour toi que j’ai écrit cet article pour avoir un peu de lumière à l’horizon. Patiente un peu et tout ne sera que souvenir. 

Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que tu es comme les vagues de la mer ?

Queeney

Voici une liste d’article capable de vous aider face à votre dépression

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Cet article a 6 commentaires

  1. yasmine Diamin

    Un bel article avec des conseils justes . Et plein de réalité, ça fait du bien ce genre de témoignage. La patience est un mot qu’on a tendance à vouloir occulter mais que ce soit pour une dépression ou autre, elle est la clé de beaucoup de choses. Tout vient avec le temps, et s’i l’on apprend à être patient on peut se focaliser sur les choses essentielles pour s’en sortir.

  2. Ton analyse est très juste, car le temps du corps, qu’il s’agisse du physique comme du mental n’est pas celui do quotidien, et il faut apprendre à le respecter (meilleur conseil jamais donné par ma rhumato pendant mes pb chroniques), et j’associe beaucoup cette aptitude à la résilience, sans patience pas de résilience ❤️

  3. Beau témoignage. Je n’ai jamais souffert de dépression mais j’imagine la douleur que cela doit être. Effectivement la patience est une des clés, je pense qu’il faut aussi se réjouir de chaque petite victoire, chaque petite chose faite qui permet de reprendre le dessus sur la maladie et qui fait du bien au moral, les deux combinés permettent de voir petit à petit les bienfaits de la vie :).

  4. Ton article est aussi inspirant que touchant. En effet pour se remettre de cet état il faut de la patience , du temps pendant lequel on prend le temps de mieux se comprendre et surtout pendant lequel on se prépare à aller mieux… très bel article.

  5. Virginie

    Je suis moi même en dépression. Et ce n’est pas la première fois.
    Cest très dur au quotidien car on ne se sent plus capable de rien. C’est comme si il y avait une force en nous qui nous ecrasait. Il faut être fort pour supporter tout ça. Je sais qu un jour j’en sortirai. Pour l’instant cela me paraît long alors come vous le dites je dois être patiente.

    1. Queeney

      Oui je sais ce que c’est que ! J’avoue que j en ai eu marre. Mais des fois j’aimerai tellement m’envoyer des messages du futur dans le passé juste pour me dire : tu as réussi ! Penser a ça me fait du bien!

Laisser un commentaire