Changer de psy en cours de thérapie est possible !

Posté le 11 septembre 2020

Cet article est le résumé de l’épisode 19 du Podcast 

« Raconte-moi ta dépression ».

 Imaginez la chose suivante, vous êtes face ça a votre relation du moment et vous sentez réellement que rien ne va. Vous ne vous y retrouvez pas du coup, il est préférable d’arrêter la relation…Beaucoup de personnes se retrouvent dans la même situation avec leur thérapeute, leur psy. Est-ce donc possible de changer de psy en cours de thérapie ?

Souvent le problème n’est pas lié à cette question mais aux démarches à faire pour partir. En effet ,certains arrivent à s’en défaire sans problème, d’autres se retrouvent complètement déçus et ne veulent plus tenter une autre thérapie et d’autres restent parce qu’il faut rester. Dans cet épisode de podcast, je vous explique pourquoi, il est très important d’avoir une thérapie avec  la bonne personne. Comment faire pour se redonner courage pour en trouver un autre ? Comment réussir à sortir de son traumatisme et changer de psy.

L’importance de la bonne personne

On peut comparer sa relation avec son thérapeute à une relation entre deux personnes. Au départ, nous sommes un peu timides et nous avons besoin d’une bonne dose de confiance avant de se livrer.

Il en est de même avec sa relation avec son psy. La première séance comme le premier rendez-vous est très importante car elle va donner le la sur comment se déroulera le reste des séances.

Bien sûr au départ, nous pouvons tous avoir du mal à exprimer ses idées noires, ses envies suicidaires par pudeur, par crainte d’être jugé etc.

Le plus important dans sa relation avec son thérapeute est de se sentir compris et aider à avancer dans la voie de la guérison. Bien sûr, nous n’avons pas tous les codes de la dépression, et l’impatience arrive très vite quand on est en difficultés émotionnelles. C’est pour cette raison que la communication est très primordiale dans la thérapie.

De retour sur notre premier rendez-vous, où c’est le moment de nous découvrir, nous posons très souvent des questions afin de connaître mieux notre interlocuteur et voir si ça match ou pas.

Il en est de même avec son thérapeute. Pour chaque séance, et la première pour bien commencer il ne faut pas avoir peur de poser toutes ses questions.

Ainsi vous aurez des réponses pour vous rassurer sur votre état émotionnel, savoir quel type de thérapie sera pratiqué, connaître ses expériences et ses compétences. Au fur et à mesure vous bâtirez une relation de confiance et n’aurez pas peur ni honte (enfin moins bien sur nous sommes toujours fragiles) de parler de vos craintes. Seulement voilà après des semaines, vous avez la sensation de ne pas être compris, de ne voit aucun résultat… Que faire . Vous avez donc le droit de changer de psy en cours de thérapie.

Article lié : Mentir à son psy une réalité.

Quand un changement s’impose

 

Très vite peut apparaître dans notre esprit ce besoin de changer de thérapeute. Les raisons sont nombreuses :

  • Ne pas se sentir à l’aise
  • L’impression de ne pas être compris
  • La sensation de ne pas faire de progrès
  • La lassitude face au traitement
  • Le fait de se sentir uniquement écouter sans proposition d’activité 

Face à cette situation, pour ne pas perdre du temps, discutez franchement de ses points avec votre thérapeute actuel. Souvent, nous ne sommes pas capables de voir nos progrès et nous pouvons être très surpris de la réponse de son psy.

Mais si jamais, rien ne va, et bien il est donc grand temps de changer de thérapeute.

Ne pensez jamais que c’est votre faute ou celle du psy. En effet, comme une relation a deux, peut-être qu’il y a des choses qui ne vous convenez pas comme la méthode, la thérapie. Si vous avez abordé ce point avec votre thérapeute et qu’il ne les comprend pas, next !

De plus, souvent nous manquons de courage par peur, par crainte pour beaucoup de raison liée à notre dépression ( manque de confiance en soi). Pour réussir à dépasser cela par conséquent, il faut se rappeler que nous sommes malades et non des cas désespérés. Que la mésentente ou le manque de feeling n’est pas de notre faute.

Pour ma part, j’ai changé de nombreuses fois. Et nombreux sont ceux qu’ils l’ont fait. 

Comment changer correctement de thérapeute

Si vous vivez dans une grande ville, vous aurez surement des délais d’attentes assez important. Quel qu’il en soit, il vaut mieux attendre d’avoir un rendez-vous confirmer pour arrêter de voir son thérapeute. Quand, je dis cela, je parle bien du fait que les rendez-vous doivent être très très proche ! Pour avoir une continuité, ne dépasser pas deux semaines.

Si vous vous en sentez capable, vous pouvez expliquer à votre psy pourquoi vous souhaitez changer. Bien sûr, vous avez le droit en cours de thérapie de changer de thérapeute. Rien ne vous oblige à rester, vous n’êtes pas marié avec votre psy. Mais quand on se doit de changer de psy en cours de thérapie, il faut le faire de la bonne façon, appeler votre thérapeute ou son secrétariat et dites-lui que vous avez trouver un autre psy. Cela évitera à votre thérapeute de se faire du soucis pour vous.

 

Surmonter les déceptions thérapeutiques

L’une des grandes difficultés que beaucoup de dépressif rencontre, est de surmonter la déception après moulte thérapeute, moulte essaies, moult trainements. La lassitude en amène beaucoup à tous arrêter.

Par exemple, le cas des antidépresseurs :  trouver le bon traitement demande du temps et beaucoup de patience. Souvent, beaucoup de dépressifs souhaitent arrêter leur thérapie car aucun médicament n’a fonctionné et que les effets secondaires sont trop difficiles. Alors que pour tester l’efficacité d’un antidépresseur, il faut attendre au moins 1 mois… Il faut donc beaucoup de patience et après de long mois sans rien qui marche… on préfère arrêter tout.

Pourquoi cela est une erreur…

La dépression est une maladie et de nous-même, nous avons besoin d’une sacrée volonté pour s’en sortir. Volonté qui disparaît avec les symptômes de la dépression.

Ensuite en France, les psychanalyse (réalisé par les psychiatres) sont les plus pratiqué car remboursée par la sécu et les moins aimés. Les psychiatres sont des médecins et n’auront pas forcement le côté thérapie comportementale ou cognitive….

Pour briser tout cela, je vous invite à avoir un psychologue avec la maitrise sur Thérapie comportementale et cognitive. Cette thérapie très utiliser à l’étranger aide vraiment à comprendre ses schémas de penser et nous donne des exercices pratique pour avancer.

Bien sûr, nous n’avons pas tous les moyens de se payer un psychologue, c’est pour ces raisons que les CMP (centre médico-psychologique) existent et peuvent être une aide réelle.

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Laisser un commentaire