Comment accepter sa dépression ?

Posté le 31 août 2020
accepter sa dépression

Vivez-vous avec une dépression ? Ou bien pensez-vous vivre une dépression ? Au fait, est-ce que vous avez accepté votre dépression ? Oui il s’agit bien d’une question étrange. En effet, je pense que vous savez à quel point il est important qu’un dépressif soit acteur de sa guérison pour travailler réellement en profondeur et mettre toutes ces chances de son côté pour s’en sortir.Le tout premier combat du dépressif est donc d’accepter sa dépression.

Ainsi, la voie est toute tracée vers la guérison ou l’équilibre émotionnel. Je sais que pour ma part, j’ai mis presque 18 mois à accepter d’être suivi et 6 mois à accepter de sortir de ma dépression. Je pensais avoir accepté depuis le début…. Mais mon comportement a démontré le contraire.

Accepter sa dépression n’est pas juste aller voir un psy, cela englobe un ensemble d’action en faveur de sa guérison.  C’est très important car ne pas accepter sa dépression peut pousser à rester dans cet état et à se laisse vivre et à faire disparaître l’envie de s’en sortir. En clair écouter la voix de la dépression.  Pour s’en sortir, il faut être conscient de sa dépression et des étapes à faire pour aller mieux. 

Du ce fait, nous verrons pourquoi devons-nous voir en nous les symptômes de la dépression ? Pourquoi accepté l’aide d’un thérapeute est indispensable ? Comment peut-on s’auto-saboter si on n’accepte pas sa dépression ?

Accepter sa dépression signifie : voir en soi les symptômes

La première chose à faire pour accepter sa dépression est de voir en soi les symptômes. Il ne s’agit de dire que nous sommes tristes, vides ou négatifs. Voir en soi les symptômes, c’est être conscient de la gravité de sa situation émotionnelle, et comprendre quel est le degré de sa dépression.

Voici la liste des symptômes de la dépression :

    • Pensées négatives tous les jours (broyer du noir)
    • Perte d’intérêts à faire des choses
    • Irritabilité
    • Trouble du sommeil
    • Trouble alimentaire
    • Prise ou perte de poids
    • Fatigue
    • Dévalorisation excessive
    • Culpabilité poussée à l’extrême
    • Manque de confiance et estime de soi
    • Difficulté à se concentre et à mémoriser
    • Idée suicidaire

Les formes de dépression

En prenant le temps de s’observer et de voir en soi les différents symptômes, nous nous aidons à voir en nous la maladie et prendre conscience de sa gravité.

Je ne sais pas si vous le savez mais il existe 3 niveaux à la dépression :

    • La légère :

Cette forme possède au moins 5-6 symptômes sur la liste et il faut se faire violence pour réussir à faire ses actions du quotidien.

    • La modérée

Les activités du quotidien sont très difficiles à réaliser. Le nombre de symptômes est un peu plus important.

    • La sévère 

Pour ce niveau, tous les symptômes sont présents et il y une incapacité totale à faire les actions du quotidien

Pourquoi est-ce important pour vous ?

Tout simplement pour voir la gravité de sa maladie et être prêt à chercher l’aide nécessaire en fonction de sa forme de dépression.

De plus il existe plusieurs formes de dépression (post-partum, saisonnière…) qui peuvent arriver dans une vie et que beaucoup ignorent et laissent se transformer en situation bien plus grave. Connaître toutes ces choses est un avantage certain, cela nous permet d’avoir un regard honnête sur soi, ne pas attendre d’arriver au plus bas pour tenter de remonter et être conscient de ses limites.

Il n’y a aucune honte à avoir une forme de dépression ou une autre. Il s’agit d’une maladie dont personne est prédestiné et ne faisant aucune distinction d’âge ou de genre.

Pour ma part, aucun membre de ma famille n’avait déjà eu de dépression. Pour ma première j’avais 26 ans et la vie devant moi… Pourtant j’en ai fait une. Il ne faut pas en avoir honte. Maintenant que j’ai le recul c’est plus facile à dire, mais sur le coup c’était dur. Alors allez étape par étape car c’est ainsi qu’on accepte sa dépression.

Article lié : Les symptômes de la dépression

Article lié :  La patience aide à tenir face à sa dépression.

Accepter sa dépression signifie : réaliser d’avoir besoin d’une aide thérapeutique

Accepter sa dépression signifie prendre soin de soi et faire en sorte de guérir ou de trouver son nouvel équilibre émotionnel. Pour cela, nous avons besoin de prendre les traitements reconnus dans le monde médical.

Etant donné que la dépression est une maladie, c’est normal de demander de l’aide à un thérapeute. Pour beaucoup, la dépression est une faiblesse ou une honte ou bien ils ont peur d’être jugé ou qualifié de fou s’ils vont voir un psy. Est-ce votre cas ?

Le problème de notre société est que psy est égale à camisole de force, méchant de film d’action (le joker par exemple), et d’être qualifié de fou. Pour terminer avec le plus grand cliché : « parler moi de votre enfance ». De nombreuses personnes partent du principe que puisqu’ils sont conscients des problèmes ou traumatisme de leur enfance, pourquoi aller voir un psy ?

La dépression n’est pas forcément liée à son enfance et la fameuse question est posé que dans certains contextes. Savez-vous que vous n’êtes pas obligés de répondre à toutes les questions du thérapeute ? Il ne faut pas écouter les préjugés.

La difficulté du dépressif est sa façon de penser, la fameuse baisse de sérotonine. A cause de dysfonctionnement nous vivons avec des casseroles au pied. Bon certes on peut marcher, mais combien de temps ? Combien de casseroles devons-nous accumuler pour accepter que nous ne puissions pas les retirer par nous-même ?

Si vous avez mal au genou vous irez voir un kiné ? Et bien c’est la même pour la dépression. Ainsi vous pourrez travailler sur des thérapies pour faire disparaître la maladie alors pourquoi s’en privé ?

Article lié : Briser le « j’ai envie de ne rien faire » avec l’activation comportementale.

Accepter sa dépression signifie : ne pas saboter le travail du thérapeute

Sans s’en rendre compte, nous pouvons saboter le travail du thérapeute en gardant en nous des préjugés et en refusant de suivre ses prescriptions. En faisant cela, en quoi est-ce ne pas accepter sa dépression ?

Le point le plus controverser de la dépression est les antidépresseurs. Beaucoup les qualifient de toxiques, chimiques et addictifs. De ce fait, ayez des conversations franches avec vos thérapeutes, n’ayez pas honte de parler de vos peurs, de solution alternative, des effets secondaires ou autres. Il vaut mieux en parler que les arrêter d’un coup sans l’accord du thérapeute.

Pour info en France, les médecins capables de travailler au mieux sur la dépression sont les psychiatres. Ils ont fait une spécialité en santé mentale et savent quoi faire. En réalité, beaucoup de personne prennent des antidépresseurs donnés par le médecin traitant sans suivi régulier.

Que pensez des Antidépresseurs ?

Article lié : Que pensez des antidépresseurs Podcast

Les AD sont des béquilles pour nous aider à travailler sur le problème de fond. L’une des difficultés des AD est qu’il faut au moins un mois pour voir s’ils sont efficaces alors quand on en change régulièrement sans voir les effets positifs, c’est normal qu’en ait pas envie. Mais sans leur aide il peut être difficile de tenir pour certains types de dépression.

La posologie est de 6-9 mois et doivent après être arrêté. Mais pour cela, il faut savoir quelle forme de dépression nous avons. Si nous avons une légère : pas vraiment la peine d’en prendre, mais si nous avons une sévère et bien c’est une obligation car nous sommes un danger pour nous et les autres. Il est donc important de suivre les prescriptions du psy et ne pas saboter son travail.

Si votre psy de ne vous convient pas : CHANGEZ-LE !!! Vous n’êtes pas obligés de rester avec une personne avec qui ça ne matche pas !

Même s’il est difficile d’en trouver un autre, il vaut mieux prendre son temps.

Article lié : mentir à son psy, une réalité

Avec toutes ces choses en tête, vous pouvez travailler étape par étape pour accepter votre dépression. Grâce à cela, vous serez bien placé dans la voie de la guérison

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

accepter sa dépression
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Cet article a 2 commentaires

  1. Hello.

    En lisant ton article, je me suis rendu compte que j’étais passée par tous les points que tu as évoqué. Cependant lorsque l’on m’a diagnostiqué la dépression, je n’ai pas eu de déni. Je l’ai tout de suite accepté parce que je ne savais pas ce que j’avais. Je ne comprenais pas ce qui se passait dans ma tête. Une fois que j’ai su, je me suis dis qu’il était hors de question de je reste dans cet état. Alors évidement c’est plus facile à dire qu’à faire, mais dans ma tête il fallait que je m’en sorte.
    En tout cas, ton article est très intéressant, comme toujours 🙂

    1. Queeney

      Je suis contente que cet article t’aies plu 😁

Laisser un commentaire