Savoir dire non

Posté le 27 avril 2020

Dans la vie pour éviter bien des situations compliquées voire embarrassantes, il est important de savoir dire tout simplement NON ! Sauf que dire non, n’est pas forcément évident pour tout le monde.

Les raisons sont multiples : peur de déplaire, peur de fâcher, peur d’être rejeté, peur de blesser, peur de déclencher une dispute…

Nous avons tous nos sensibilités propres, cependant savoir dire non, c’est apprendre à se dire oui à soi-même de temps en temps.

Pour notre équilibre émotionnel personnel, dire non nous sauve de nombreuses situations : passer tous les dimanches chez belle-maman, toujours récupérer les dossiers sans intérêt ou difficiles, être le banquier personnel d’un proche, se laisser marcher dessus ou pire…

Il est donc très important de savoir dire non. Mais comment y parvenir quand on n’a pas confiance en soi ou quand on manque d’estime de soi ?

Pourquoi  vous devez savoir dire non

L’une des premières raisons est de savoir pourquoi vous souhaitez dire non. Si vous êtes convaincu que la réponse est non, elle sera plus facile à dire. Alors avant de répondre à une sollicitation si vous avez la possibilité d’y réfléchir, pensez-y ! Ainsi vous trouvez les arguments pour vous, afin que vous-même soyez convaincus.

Si vous êtes sollicitée et que vous devez donner une réponse de suite, rappelez-vous vos propres convictions, votre éducation et vos propres standards.

Par exemple, je refuse de donner de l’argent à qui que ce soit. C’est un principe personnel. Je préfère acheter quelques choses, payer une facture, faire un plein d’essence ou bien faire des courses que de donner du liquide.

Si on me demande pourquoi je dis non, je suis en mesure d’expliquer la raison sans préparation parce que j’ai déjà réfléchi à ce sujet. Donc quand un proche commence à m’expliquer ses problèmes financiers et ses difficultés, je suis capable de dire non pour donner du liquide mais oui à une autre aide en fonction de mes capacités.

Avant tout, de votre côté, prenez le temps de réfléchir à vos convictions pour donner un « non » sincère et réfléchi.

Si vous avez la possibilité dite que vous répondrez à ce point une autre fois. Ainsi vous aurez le temps d’y réfléchir.

Ayez un non convaincu

En même temps que vous expliquez la raison de votre non, il faut que vous soyez convaincus. Si vous laissez entrevoir que vous avez des doutes, votre interlocuteur pourrait très bien se glisser dans cette brèche.

Je me souviens, un ami m’a demandé de sortir avec lui. Il avait toutes les qualités pour dire oui, mais je n’avais aucune attirance pour lui.  Comme je me suis focalisée sur ses qualités et non sur mon attirance, pour lui dire non, j’ai mis du temps à m’en débarrasser !

Si vous souhaitez dire non une bonne fois pour toutes, je vous invite à montrer verbalement et physiquement que c’est non. Regardez la personne dans les yeux, si ce n’est pas un signe de manque de respect, et tenez-vous droit.

Pour ma petite histoire, comme je connaissais cette personne j’ai pris des formes. Mais n’ayez pas peur de dire des « non » franc et sec à des inconnus !

Ne vous justifiez pas votre non

En continuant sur les inconnus, vous n’avez pas l’obligation de vous justifier pour chaque non. La justification peut très vite tourner vers un manque de conviction suivi d’une nouvelle brèche pour vous déstabiliser.

Vous seul décidez si vous souhaitez donner des explications ou pas, même avec des proches ! De plus dire non sans justification n’est pas du tout un manque de respect.

Ceci n’est que mon point de vue personnel, mais je donne mes justifications aujourd’hui qu’a mon mari. Nous sommes un couple, nous devons être honnêtes l’un envers l’autre. Ensuite, en fonction des personnalités de mon entourage, je décide de me justifier ou pas.

Malgré tout, il ne faut pas avoir peur d’avoir des conversations franches ou d’expliquer pourquoi vous ne pouvez pas accepter telle ou telle décision.

Mettez quand même les formes

Même si vous n’avez pas à vous justifier, mettre les formes dans votre non peut jouer beaucoup en votre faveur. Que vous soyez d’accord ou non, traiter les autres avec respect ne peut que mettre la balle dans votre camp.

Savoir dire non, c’est savoir être flexible

Comme expliquer dans le point « Pourquoi vous dites non », dans certaines situations en fonction de vous, il est possible de proposer une autre solution. Ainsi vous pourrez détendre l’atmosphère et monter votre flexibilité. Flexibilité ne veut pas dire céder.

N’ayez pas peur de décevoir

Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde, même certains de vos proches. C’est malheureusement la réalité. Il est vrai que par exemple, les relations avec au travail sont très importantes. Mais si un collègue passe son temps à vous donner les dossiers les plus compliqués voire même ses propres dossiers… Que risque de se passer si vous ne dites pas non ? Vous risquez de rentrer dans un engrenage dont vous aurez du mal à vous défaire.

Du coup, même si l’esprit d’équipe est plus qu’important, le Burn Out est pour vous et pas pour votre collègue.  Du coup, dites-lui N.O.N

Bien sur ceci est un exemple, quand il s’agit d’un responsable, il est également très important de poser des limites. Votre santé émotionnelle en dépend. Face à cela, je vous invite à très vite en parler à votre hiérarchie si vous savez pertinemment que votre non n’aura aucun impact.

N’ayez pas non plus peur du conflit. Si c’est tres difficile pour vous, je vous invite à lire mon article sur comment bien gérer les situations conflictuels. 

Ne vous sentez pas coupable.

Si vous vous sentez coupable, cela signifie juste que vous êtes humain !

Tenez votre non

Afin de garder de la crédibilité, et votre force, tenez votre non jusqu’au bout. C’est pour cela que vous devez connaître les raisons pour lesquelles vous avez dit non.

 Par exemple, pour que l’éducation d’un enfant il est important de tenir votre non pour son bien.

Dire non ne s’improvise pas. Vous pouvez très bien demander à un proche de vous aider dans cette démarche en lui demander de jouer le jeux et de vous aider à savoir dire non.

J’ai appris à dire non,  suite à mon Burn out, cela a mis du temps mais c’est une force à présent. Vous pouvez le faire. Ayez confiance en vous.

Et vous ? Savez-vous dire non ? Avez-vous d’autres conseils ?

Queeney

Si cet article vous  a plu, épinglez-le sur Pinterest 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Cet article a 18 commentaires

  1. Charlottetc

    Vraiment très intéressant cet article, c’est vrai que j’ai tendance a parfois dire « oui » alors qu’on a pas forcément envie et après c’est pas facile de revenir dessus, autant dire « non » direct !

    1. Queeney

      Exactement cela évite beaucoup de désagrément

        1. Queeney

          Merci à toi pour ton gentil commentaire

  2. Mahagicienne

    C’est dur d’apprendre à dire non, mais tu as raison, c’est pour notre bien. Pour rester aligné.es avec nos valeurs 🙂
    Je prends la métaphore d’une bande de cire à épiler : ce n’est pas agréable sur le moment de retirer la bande, mais après la peau est toute douce ! Idem pour le non.

    Merci pour ton article !

    1. Queeney

      J’adore ton exemple!! C’est une raison pour lesquelles je n’utilise pas de cire 😅 mais le résultat est partait

  3. Ce n’est vraiment pas évidement, je ne dirai pas forcément de dire non, mais d’être à l’encontre de ce que l’autre souhaite. D’être dans la contradiction et surtout de ne pas avoir envie de se justifier. J’ai souvent tenté de mettre les formes, mais quand ça arrive, les personnes voulaient absolument que j’abonde dans leur sens, donc à la guerre, comme à la guerre, si le non doit être catégorique, il le sera. Evidemment ça dépend des personnes.

    1. Queeney

      C’est clair que cela dépend des gens et de leur pression. A la guerre autant avoir des alliers si possible. De personne nous soutenant peut vraiment nous aider à dire non.

  4. Cécile

    Hello ! J’adore merci ! C’est vrai que c’est toujours tendance à me justifier de peur que ça n’en déplaise etc. C’est loin d’être évident mais je garde tes conseils et vais les appliquer au fur et à mesure. Bravo 😊

    1. Queeney

      Si cela t’a motivé 💪, alors mon job est fait !!

  5. Ana

    Super ton article, je n’ai pas de problème pour dire non mais j’ai une amie qui ne sait vraiment pas le faire alors je lui partage, je serai bien incapable de lui expliquer aussi bien que toi dans cet article !

    1. Queeney

      Merci beaucoup, j’espère que mon article lui fera du bien

  6. Océane

    Hello ! J’aime beaucoup ton article, il fait écho avec mes valeurs et mon état d’esprit. Il est vrai que c’est une étape difficile à franchir, notamment dans un parcours de guérison, de sortie d’un état dépressif. J’ai été en dépression pendant une longue année, et j’en tire que des enseignements et du positif aujourd’hui. Je me suis abonnée à ta newsletter ! Bravo 🙂

    1. Queeney

      Merci à toi ! Je suis contente que la dépression soit derrière toi. Dire non est très important après la dépression pour vraiment prendre bien soin de soi

  7. Miléna

    Très intéressant ton article ! Et c’est vrai que ce n’est jamais facile je trouve de dire non. Forcément, on est des êtres humains, on a ce besoin d’appartenance, de plaire et « oui » marche mieux pour ça.
    Mais c’est tellement important de réaliser que dire oui c’est en fait dire non à toutes les autres possibilités, et c’est se dire non à soit même quand ce n’est pas en accord avec notre vision, nos objectifs, nos valeurs. Merci d’avoir abordé ce sujet, j’espère que ça pourra aider plus de personne à dire « non » quand il le faut !

    1. Queeney

      Merci beaucoup ma belle.

  8. Stéphanie

    Même (ou surtout) à 44 ans je dois faire un effort énorme et apprendre à dire NON ! Merci pour ce partage !

    1. Queeney

      Il n’y a pas d’âge pour apprendre ou réapprendre à dire non !

Laisser un commentaire

What about me ?

J’ai décidé d’ouvrir ce blog pour parler franchement du quotidien des dépressif. Je me bats toujours avec certains aspects de mon trouble anxieux malgré tout j’ai décidé de vous partager mon expérience.

Bienvenue sur le blog

Queeney