Partie 1 : la rechute n’est pas de votre faute

Posté le 17 juillet 2020
rechute-dépression

Cet article est le résumé de l’épisode 11 du Podcast 

« Raconte-moi ta dépression ».

Je crois que c’est la hantise de tous dépressifs, de se retrouver de nouveau en dépression. De plus, il y a aussi ce que j’appelle, les mini rechutes. Ce sont les rechutes qui arrive pendant la phase de guérison, après des semaines ou tout s’est bien passé, un événement ou sans crier gare, la dépression est de retour et plus forte que jamais.

  • Comment gérer ces deux types de rechute ?
  • Comment gérer la perte de confiance en soi ?
  • Comment faire pour continuer à se battre malgré tout ? (partie 2)

Accepter sa rechute

Point à mettre en évidence : Les rechutes sont possibles, on dit qu’un ½ dépressif fait une autre dépression dans sa vie.

Pourquoi ? Parce que nous sommes bien plus fragiles et que personne n’est à l’abri d’une difficulté émotionnel (difficultés au travail, relation amoureuse, divorce, décès…)

Les sans raisons « valables » à nos yeux sont celle cité, mais il faut se rappeler que la dépression ne fait aucune distinction de sexe et de genre et qu’elle peut retoucher une autre personne sans crier gare.

La culpabilité nous acceptable alors qu’en fait on doit absolument tous recommencer depuis le début. Repartir voir un psy,   de nouveau les médicaments, les commentaires des gens ( toujours en dépression celle-ci/celle-là)

Le pire est pour les personne souffrant de dysthymie. La qualité de vie est très compliquée

S’observer afin de ne pas tomber trop loin dans la rechute

Que faire pour prévenir une rechute ?

  • Accepter sa vulnérabilité e
  • Ne pas essayer de faire une dépression sourire et prétendre que tout va absolument bien.
  • Suivre son traitement médical jusqu’au bout
  • Ne pas avoir peur de faire des points ponctuels avec son psy après sa dépression
  • Etre conscient que nous sommes bien plus fragile et qu’un élément « classique » ou difficile de la vie peut nous faire rechuter
  • S’observer en suivant son humeur sur un agenda
  • Faire attention en prévention à des problèmes graves
  • Si choc émotionnel violent, ne pas avoir peur d’aller voir un psy même pour une prise préventive de médicament

Faire attention aux signes précurseurs et consulter en préventive

Voici la liste des signes précurseurs :

  • Problème de sommeil trop récurrent
  • Fatigue
  • Idée négatives envahissantes
  • Problème de concertation
  • Idées suicidaires
  • Plus susceptible pour pas grand-chose
  • Isolement
  • Trouble alimentaire
  • Irritable …
  • Des changements de comportement remarquer par les autres
  • Vos émotions tristes trop longtemps
  • Comment sont vos propos et vos réactions ? (Négative, tristes)

N’ayez pas honte de faire une rechute. Ce sont les lots de la dépression. Vous n’êtes pas plus faible ou plus nul parce que vous faites une rechute.

La dépression nous rend bien plus sensible et nous sommes plus fragile mais pas plus faible (je sais que je me répète).

Que faire si on pense faire une rechute ?

Un traitement à essayer est la thérapie Comportementale et Cognitive. 

Le patient et le thérapeute travaillent conjointement pour identifier et comprendre ce qui semble poser problème, en s’intéressant à trois dimensions psychologiques :  les émotions, les pensées associées et les comportements.

Cette approche psychologique se concentre sur les difficultés du présent. Patient et thérapeute définissent des objectifs de la thérapie et le thérapeute proposent des techniques thérapeutiques personnalisées.

Article liée: L’activation comportemental pour briser l’envie de ne rien faire

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Laisser un commentaire