Ultimatums et dépression, est-ce une bonne chose ?

Posté le 2 septembre 2020
ultimatum dépression

« Si tu ne vas pas voir un psy, c’est fini entre nous, tu as bien compris ? ». Avez-vous déjà dit ses mots à votre proche ou pensez-vous le faire sincèrement car vous n’en pouvez absolument plus ? Je comprends à quel point un dépressif peut être déstabilisant alors, est-ce que les ultimatums et LA dépression font bon ménage ?

 

En fait, vous le savez aussi bien que moi, mais un dépressif peut faire perdre à une personne ses moyens. De nombreuses personnes se retrouvent très vite complètement démunies face à l’attitude des dépressifs. De plus, la dépression a un impact pour toutes les personnes de la maisonnée…

Comment réussir à faire comprendre à un dépressif qu’il doit prendre soin de lui pour les autres mais surtout pour lui ? C’est pour cela que les ultimatums sont utilisés pour une prise de conscience… Pourtant ce n’est pas du tout la meilleure arme face à la dépression.

Dans cet article voyons pourquoi les ultimatums et dépression ne sont pas bon ménage, comment faire comprendre la gravité de sa situation à son proche et comment gérer au mieux la dépression ?

 

Les ultimatums sont contre-productifs face à la dépression

 

Je ne vais pas passer par quatre chemins. Les ultimatums ne sont pas les bienvenues face à la dépression. Pourquoi ? Déjà, pour quelle raison les ultimatums sont utilisés ? Tout simplement, parce que nous voulons voir une prise de conscience, un choc chez notre interlocuteur et le voir prendre une décision.

Quand un dépressif est affalé sur son canapé et refuse de se soigner et que nous sommes fatigués d’avoir eu des milliers de conversations, l’ultimatum semble être la solution.

Cependant ils sont les ennemies de la dépression et font bien plus de mal que de bien à cause des symptômes de la maladie.

 

Ultimatum et symptômes

 

Les symptômes de la dépression incompatibles avec la dépression sont : l’indécision, le manque d’estime de soi, le manque de confiance en soi, la culpabilité excessive et la dévalorisation et les activités du quotidien sont un poids et difficile à faire.

En clair, si un dépressif ne prend pas soin de lui, ce n’est pas parce que c’est un fainéant. Il est tout simplement incapable de le faire, il s’agit des symptômes de la maladie.  Ensuite, face à l’ultimatum, votre proche pourrait se voir comme une m **** et s’enfoncer encore plus dans la dépression car il n’arrive plus à faire ce qu’il faisait avant.

Donc, au lieu d’avoir une prise de conscience positive, il peut avoir une prise de conscience négative. Bien sur nous ne pouvons pas faire de généralité, mais les ultimatums ne sont pas la solution face à la dépression et peuvent plus de mal que de bien.

Mais que faire alors ? Parce que la situation ne peut pas continuer ainsi…

 

Aider au mieux son proche en dépression

 

L’une des plus grandes décisions à prendre pour un dépressif est de se soigner et jusqu’au bout. Ce n’est pas évident surtout quand son proche refuse catégoriquement.

Que faire alors ?

Il existe plusieurs moyens

Faire équipe avec le médecin traitant

Le médecin de famille peut être une aide précieuse. Il est le seul à pouvoir confirmer la dépression de votre proche. Vous pouvez prendre un rendez-vous en amont et expliquer votre situation. Il sera à même de vous comprendre et de vous accompagner

Une confrontation

Même si les ultimatums et dépression sont à proscrire, vous avez le droit d’avoir des conversations franches à cœur ouvert.

Pour cela et pour avoir le meilleur résultat, la préparation est la clé.  Grâce à ce guide vous pouvez vous préparer en prenant tous les paramètres et votre personnalité.

Guide : Avoir les bons mots

La patience

Je sais que c’est beaucoup demander et même injuste mais un dépressif est une nouvelle personne et plus celle ou celui que vous connaissiez. Il lui faut du temps pour accepter son état et les démarches à faire pour que cela fonctionne.

Vous pouvez faire lire cet article à votre proche et voir sa réaction.

Article lié : Comment accepter sa dépression

Proposez-lui de joindre des groupes Facebook sur la dépression avec d’autres ayant les mêmes difficultés.

Groupe Facebook : Dépression, anxiété, TDAH, TPL et autres troubles.

 

Ce sont des pistes différentes que les ultimatums. Mais vous dans l’histoire ?

 

Se protéger de la dépression de votre proche

 

Comprendre la dépression

L’une des premiers choses à faire est de connaître les symptômes de la dépression, pour les voir sur son proche.

Article lié : Les symptômes de la dépression.

Cela vous permettra de réaliser et de mettre des mots à des mois de souffrance et d’incompréhension. Votre proche n’est pas un abruti de première ou une manipulatrice, mais quelqu’un de malade. Voir cela, aide à relativiser et commencer à prendre le recul nécessaire. En effet, la guérison de votre proche en dépend pas de vous.

 

Comprendre que votre proche ne pourra peut-être plus répondre à vos besoins

 

La dépression et ses symptômes ont un impact direct sur vous. Si vous êtes en couple et que votre proche refuse toute relation intime ou affective, c’est un symptôme de la dépression.

Alors, vous devez trouver une autre source pour répondre à vos besoins. Bien sûr je ne dis pas de tromper votre conjoint !! Non, il est important d’être entouré d’amis ou même avec un suivi avec un psychologue ou un coach. Pour ma part, je propose des accompagnements, je vous laisse les découvrir ici.

Sortez voir des personnes, ayez des oreilles attentives, faites du sport, ayez une bonne hygiène de vie. Si vous sentez que vous étouffez, prenez des vacances, des weekends si c’est possible.

 

Laisser la position de votre proche

 

Mon dernier conseil est de laisser à votre proche la possibilité de prendre ses propres décisions. Son état de santé donne souvent envie de secouer la personne et de lui dire quoi faire. Seulement voilà, si vous prenez toutes les décisions à sa place, vous laissez votre proche en mode victime à sauver.  De plus, ce n’est pas parce que c’est une victime qu’il ou elle ne peut pas vous reprocher après coup des décisions que vous avez prises à sa place, et laisser exploser les tensions.

De plus, vous pouvez vous épuiser bien plus quand personne ne vous redonne votre investissement. Un dépressif n’est pas forcément capable de réaliser, surtout sans traitement, le travail que vous faites.

 

Bien sûr, c’est plus facile à faire, mais cela demande juste un peu d’humilité que de laisser aux personnes que nous aimons de porter leurs propres problèmes. Les prises de conscience seront plus douces et plus saines pour vous comme pour votre proche.

 

Alors, non les ultimatums ne sont pas la solution, mais le temps et la patience sont les grands alliés de la dépression. Oui, c’est dur et même injuste pour vous car vous n’avez rien demander…. Mais c’est une partie des dommages collatéraux.

Dans ce blog, vous trouverez bien d’autres conseils pour vous et votre proche alors, je vous invite à le parcourir.

Queeney

Si cet article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Laisser un commentaire