Dépression et confinement

Posté le 24 mars 2020
dépression confinement

« Rester chez soi pendant une longue période de temps » n’est-ce pas l’une des recommandations à proscrire quand on est en dépression ? Dépression et confinement… Est-ce que ces deux mots sont capables de s’associer ? 

La réalité nous a pris de court, car nous sommes confinés depuis , à la date de publication de cet article, une semaine. Sachant que beaucoup de personnes ne souffrant pas de dépression ont des difficultés à gérer leurs émotions, comment nous, dépressifs, pouvons-nous gérer dépression et confinement ? Car en effet, il faut être honnête, nous ne savons pas quand le confinement prendra fin. Il ne faut pas non plus paniquer, il est tout à fait possible de gérer cette situation et même sur le long terme. C’est un exercice bien différent que ceux que nous avons l’habitude d’avoir! Seulement voilà, nous pouvons quand même réussir à gérer cette situation. Elle demandera par contre beaucoup plus d’effort de notre part. Mais des efforts faciles à atteindre.  J’ai donc décidé de partager avec vous des conseils pour tenir face au confinement.   

Le confinement ne prend pas le pas sur sa dépression.

psy confinement

Coronavirus ou non, l’une des choses primordiales à faire est de prendre soin de sa santé physique et surtout mentale. Ainsi, il est très important de garder contact avec son psy (psychiatre ou psychologue). Certains psychiatres, comme ce sont des médecins, exercent toujours. Cependant les psychologues ne sont plus tenus d’exercer pour la plupart. Alors comment rester en contact ?

Confinement ne veut pas dire zéro communication. Nous avons aujourd’hui la possibilité d’utiliser la technologie pour avoir une conversation avec quelqu’un à l’autre bout du monde. Donc il est logique de penser que parler à son psy est bien possible.

Certains proposent de faire des séances par Skype ou des échanges d’email etc… Même si vous doutez de l’efficacité de ces dernières techniques, elles ont la possibilité de vous rassurer face au confinement. Il est vrai que rien ne vaut une véritable séance en face à face. Cependant, mieux vaut une discussion rassurante que psychoter seul dans son coin. Si vous sentez que ça ne va pas du tout, vous pouvez très bien aller voir un médecin généraliste (avec toutes les précautions à avoir bien évidement). Ainsi, vous pourrez épancher vos craintes et avoir une oreille attentive.

dire non a la sur-information

Les chaînes d’informations tournent en boucle et ne parlent que du confinement et du coronavirus. Alors, ils ont raison d’alerter la population et de nous informer sur l’actualité, l’évolution de la maladie et les actions du gouvernement. Seulement, par la force des choses, ils rendent la situation encore plus anxiogène.

Sur les réseaux sociaux et internet, le mot confinement, coroanvirus, covid-19 sont dans tous les articles (même les miens 😅…).  Beaucoup de fakes news apparaissent sur Facebook ou whatsapp.

Il faut dire STOP à cette surinformation ! Concrètement qu’est-ce que cela veut dire ? Diminuer ses accès à ce type d’information.

Pour ma part, je ne regarde plus les news. Je vais sur un site d’information type 20 minutes et/ou le Monde, pour avoir le strict minimum.

 Je fais très attention aux émission télé que je regarde. Est-ce exagérer ? PAS DU TOUT !

Nous sommes fragiles, je suis fragile, je suis coincée chez moi et pour je ne sais pas combien de temps, alors je me protège de tout ce qui peut augmenter mon stress. Comme par exemple, dire à mon père que je ne voulais plus recevoir ses conseils « miracles » face au coronavirus !

C’est la même chose avec les médias. Avons-nous vraiment besoin d’entendre que « si nous aurions fait cela » ou que « si nous aurions fait si… » nous aurions un situation différente ? 

Franchement, nous sommes tous intelligents et sommes tous allés à l’école, nous savons, je me répète que la situation est grave. Mais laisser notre cerveau emmagasiner ce genre d’infos augmentera le stress et l’anxiété. Nous sommes fragiles, à nous de nous protéger contre cette surinformation pour éviter de plus paniquer.

Rester en contact avec vos proches pour que le confinement ne soit pas une charge

Combien de fois avons-nous entendu cette recommandation ? En cette période de confinement, je vous invite sincèrement à vous « coller » à vos proches. Si vous êtes seul, je me permets de vous inciter à ne passez pas une journée sans avoir parlé à quelqu’un. Nous avons besoin, plus que jamais d’interaction social.

Prenez votre répertoire sur votre téléphone et donnez-vous l’objectif, d’appeler d’abord : vos parents, vos grands-parents, vos enfants, vos petits-enfants, vos amis, vos collègues de travail (si vous êtes proche bien sûr).

N’ayez pas peur de déranger, nous sommes tous (ou presque) confiner chez nous. Nous sommes tous besoin de contact social.

Les réseaux sociaux face pour limiter la sensation de confiné

facebook dépression

Quand on est seul, avec les réseaux sociaux types facebook ou instagram, on peut se sentir moins seul. C’est une bonne chose de communiquer avec les gens et se changer les idées. Ces derniers jours sur les groupes Facebook spécial « dépression » nous avons eu de tout : des jeux et des partages pour s’aider les uns les autres ! Je ne peux que vous recommander de participer à ce genre de moment sympa. Toutefois, faites attention à vous faire décourager par certains posts.  Parlez de ce que vous lisez sur les réseaux sociaux avec vos proches en direct ou par téléphone. Avoir un autre point de vue permet de relativiser et vous aurez un sujet de conversation 😉.

Rythmer ses journées pour avoir des activités

L’un de choses qui m’aide depuis que je suis confiné c’est d’avoir une routine ! Je me lève le matin selon mon rythme de sommeil. Je me lave, je m’habille et je prends mon petit-déjeuner devant les dessins animés.

Avoir ces gestes me permet de garder de bon réflexe . Ensuite, je m’attèle à une occupation :

  • Jouer au sims
  • Ecrire des articles pour le blog
  • Travailler sur un projet perso : « Le futur podcast : Raconte-moi ta dépression »
  • Jouer avec mon chat

Ces activités rythment mes journées et me permet de rester occuper. C’est vraiment le moment de se lancer dans un projet perso. Vous retrouvez des activités sur cet articles : 110 choses à faire pour ne pas s’ennuyer lors du confinement.

Faire du sport contre l'inactivité

Pourquoi faire du sport ? Pour rester actif et pour évacuer le stress. Le sport libère notre hormone préférée la dopamine. Comment lutter contre notre cerveau malade ? Une bonne dose de sport. Alors, vous n’êtes pas obligée de faire des activités sportives intensive. Pourquoi ne pas mettre la musique et danser sur vos chansons préférées ? De quoi vous donner un peu de tonus ! En plus, nous pouvons sortir autour de notre logement pour faire un peu de sport (courir ou même juste marcher 10 minutes).

 

Il y aura une fin. La chine montre que le nombre de malade et de contaminer sont en baisse et qu’ils ont presque fini de lutter contre le virus. En conséquence, il y aura aussi une fin pour nous. Avoir cette pensée en tête nourris l’espoir. L’espoir de savoir que bientôt, tout ceci ne sera qu’un souvenir.  Les groupes facebook peuvent être une aide en ce moment difficile. Vous n’êtes pas le/la seul(e) à avoir peur. Restez en contact, parler à vos proches, ayez des routines et des projets personnels car en étant actif, le temps passe bien plus vite.

Queeney

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

d'autres idées de lectures

Cet article a 2 commentaires

  1. Je valide à 100% cet article ! De très bons conseils que je donne moi même à mes patients. Je suis psychologue et dans ma profession, tous les psycho proposent aujourd’hui la téléconsultation. Donc effectivement, il est tout à fait possible de poursuivre son suivi à distance, depuis son foyer 😉

    1. Queeney

      Merci beaucoup d’évoquer la possibilité de télé-consulter. Beaucoup d’informations circulent, merci de confirmer cette possibilité !

Laisser un commentaire

What about me ?

J’ai décidé d’ouvrir ce blog pour parler franchement du quotidien des dépressif. Je me bats toujours avec certains aspects de mon trouble anxieux malgré tout j’ai décidé de vous partager mon expérience.

Bienvenue sur le blog

Queeney